Nunavik

Mise en contexte

L’implication du GIV au Nunavik a débuté en 2008 après que des acteurs locaux et provinciaux aient démontré un besoin d’expertise vétérinaire dans les communautés nordiques. Aucun vétérinaire n’est présentement établi sur le territoire et les services vétérinaires se limitent à un programme d’aide technique du MAPAQ, centré surtout sur la vaccination. En réponse à ces besoins, le GIV a concentré ses activités en santé publique vétérinaire et en santé animale au Nunavik.

 

Stage

Différents stages peuvent être faits dépendant de l’intérêt de l’étudiant et des besoins présents. Les stages se déroulent généralement pendant l’été, et leur durée est de deux semaines à un mois. Les élèves de la Faculté de médecine vétérinaire peuvent appliquer à partir de leur troisième année. À titre d’exemple, voilà les sujets précédemment abordés par les étudiants en stage : les parasitoses animales, les zoonoses, l’éducation aux enfants sur les risques de morsures, l’épidémiologie de la rage et la création d’un guide de premiers soins.

 

Services et Appui

Le GIV tente de rendre les services vétérinaires plus accessibles au Nunavik en offrant des cliniques mobiles et des séances de formations sur les soins animaux à la population et en fournissant un guide de premiers soins accompagné de trousses de matériel. Un service-conseil vétérinaire à distance est également en place depuis 2008 et administré par le CHUV. La santé publique vétérinaire est aussi abordée par la recherche et l’éducation de la population sur divers sujets, dont la prévention des morsures.

 

Recherche

Le GIV est impliqué dans plusieurs projets de recherche relatifs à la santé animale et la santé publique vétérinaire au Nunavik. Parmi les thèmes priorisés, on retrouve la prévention des risques de santé liés aux chiens,  l’épidémiologie de la rage et les zoonoses.

Voici un article qui résume la distribution temporelle et spatiale de la rage au Nunavik avec l’approche One Health.

 

Pour des informations supplémentaires, veuillez consulter le site Vetnunavik.

 

 

 

 

 

 

Crédit photos: VetNunavik